Le portrait pour Les rois du gâteau pour M6 et Cyril Lignac avec la recette du Mlle Claudia

Publié le par Muriel Martin

Le portrait pour Les rois du gâteau pour M6 et Cyril Lignac avec la recette du Mlle Claudia

Deux journalistes arrivent chez moi le samedi 8 avril à 8 heures trente, pour faire mon portrait, ils demandent que ma petite famille soit là aussi vers les 15 heures. 
Hugo le cameraman, ferme les volets de ma cuisine, installe son matériel et je commence à pâtisser, je suis obligé de travailler lentement pour leurs prises de vue, Sophie me pose des questions et je réponds, je suis très à l’aise devant l’objectif, mais je suis surtout bien coatché. 
12 heures de travail, je suis épuisée, encore quelques prises à l’extérieur avec mes enfants autour d’un thé et nous savourons mon entremets avec une bouteille de champagne.
Tout c’est bien passé et je suis heureuse, dernière prise de vue, pour simuler le départ vers la gare, nous montons dans mon coupé sport noir et voilà, ce fut une journée exceptionnelle, mais éreintante.
Quelques jours plus tard, je reçois un moule pour faire 6 entremets. Durant des jours, je me suis entraînée pour arriver à la perfection, aujourd’hui, je suis fier de mon parcours, je me suis bien amusée et c’est une expérience extraordinaire, de plus Cyril est une personne adorable.  

 

Le portrait pour Les rois du gâteau pour M6 et Cyril Lignac avec la recette du Mlle Claudia

Aujourd’hui, vendredi 21 avril, je remonte sur Paris pour un jour de tournage, Robert mon beau-fils, Audrey ma fille et Lola ma petite fille, m’accompagnent, j’ai rendez-vous samedi 22 avril pour porter mon gâteau à Cyril Lignac, c’est lui qui validera la partie 2 de mon aventure.
Nous avons de nouveau, loué un appartement, pour pouvoir pâtisser, je n’ai dormi qu’une heure cette nuit, bien trop excitée. Je me suis levée à 5 heures ce matin, pour glacer mon entremets et le décorer.
7 heures du matin, Robert m’accompagne, j’ai une jolie boite à gâteau que j’ai customisé avec des paillettes, or. Je descends de la voiture que nous avons loué et j’aperçois David Gayta, nous avions fait le testing du Meilleur Pâtissier saison 4. 

Je suis contente de voir une tête que je connais, nous entrons et Capucine nous accueille, ils ont prévu le petit-déjeuner, je m’installe dans un fauteuil et on commence à nous briefer, nous nous rendons sur le plateau ou se déroulera le concours, 3 postes de travail dans une cuisine immense, une pure merveille, le four est complexe mais je l’adore, tout est à sa place, le matériel est neuf et de qualité, j’adore, j’adore, je veux la même cuisine chez moi, il y a deux surgélateurs, je rêve de cette cuisine. 
La première équipe de trois candidats passe devant Cyril Lignac, on peut les voir sur les écrans dans le grand hall, les interviews commencent, je me suis arrêtée de les compter tellement j’en ai fait. 
C’est notre tour, équipe 2, il y a Eugénie, une jeune femme très jolie, Hamed et moi, nous devons nous trouver une pose qui nous suivra durant le tournage, je saisis une spatule et un fouet que je place au-dessus de ma tête, quelques prises de vue et photos.

Il est l’heure de présenter notre gâteau signature, nous ouvrons chacun notre tour la boite mystérieuse et nous nous toisons mutuellement pour faire comprendre à l’autre que notre gâteau est le plus beau, un jeu qui nous fait bien sourire. 
Nous repartons en interviews, puis il est l’heure d’affronter Cyril Lignac, j’ai hâte de le rencontrer, je suis son parcours professionnelle depuis quelques années déjà. 
Nous entrons chacun notre tour, pendant qu'Eugénie passe, Ahmed et moi sommes devant un écran pour donner notre point de vue sur la rencontre, je demande à voir le gâteau de plus près et le cameraman s’exécute.
C’est au tour d’Ahmed puis c’est à moi, je suis dans les coulisses et j’attends patiemment qu’on me donne le feu vert, quelques minutes s’écoulent, j’entends Cyril parler de foot, ça y est, j’entre.
Au moment où je me retrouve devant lui, il me crie.
-Stop, tu as la lumière qui n’est pas bonne.
Je fais demi-tour et je reviens, je pose mon gâteau devant lui en le fixant, il est bien comme quand je le regarde à la télé, il est vêtu d’une chemise blanche et son micro est de la même couleur, il sourit et commence à me parler.
Il me pose quelques questions sur mon entremets, j’ai du mal à m’exprimer quelques secondes, puis je me lance et nous échangeons quelques phrases.
Au bout de quelques minutes, je le tutoie et je lui dis qu’à Marseille, je l’appelle “ galiboulet.”
Plus tard, je lui expliquerais ce que ce petit mot veut dire chez nous. 
Il me fait des éloges sur mon entremets, mais j’ai fait deux erreurs, j’ai omis de rectifier le grammage du sucre, je suis restée sur les 90 grammes, alors que j’avais baissé à 75, de plus j’ai coloré ma mousse de couleur cerise, alors que j’avais supprimé le colorant dans la nouvelle version de ma recette.
Bref, il me fait remarquer mes faux pas, mais lorsqu’il m’annonce que mon gâteau est digne d’un professionnel, je suis ravie.
Je ressors et quelques minutes après, nous revenons tous les trois, tic-tac, tic-tac, nous attendons impatiemment son verdict.
Il nous parle de notre gâteau, puis lorsqu’il annonce que mon gâteau est celui qu’il classe premier, je n’en reviens pas, mon travail vient enfin d’être récompensé et son avis compte énormément pour moi, je suis heureuse, Ahmed sera classé derrière mois et Eugénie qui ne pâtisse que depuis 6 mois arrêtera le concours, sa tarte est magnifique, il a adoré ses saveurs, mais il n’y a pas assez de travail, contrairement à l’entremets de Hamed qui a des goûts originaux, une mousse d’avocats sur un biscuit à la pistache et un insert de melon. De plus, Cyril adore le melon, mais il trouve qu’il y a trop de saveurs, il va devoir rectifier sa recette.
Les dés sont jetés, c’est Ahmed et moi qui concourrons ensemble et nous aurons deux heures pour faire six entremets individuels, identiques à celui que nous venons de lui présenter. 
Après une heure de repos en attendant que David et Mounira finissent leur prestation, l’équipe nous appelle, c’est à nous.
On nous demande d’écrire notre recette sur un grand cahier, mince alors, Sophie la journaliste du portrait, m’avait donné une technique pour ne rien oublier dans ma recette, j’ai eu l’idée de mettre des codes couleurs.
Je pose mon cahier et nous prenons place dans la cuisine, quelques petites prises de vue et hop, nous avons 2 heures, je commence par mon biscuit japonais, le four est une pure merveille, mais complexe, je commence par : 

Étape 1: le biscuit.

J’allume le four et j’appuie sur la touche biscuit, il m’affiche 165°C  et 35 minutes de cuisson, c’est bien trop, je vais devoir surveiller.
Je tamise 30 g de farine.  
Dans une casserole, je verse 15 g de lait + 30 g de beurre
Je donne une ébullition et j’ajoute les 30 g de farine, je remue avec une spatule. 
Je cuis quelques minutes pour dessécher la pâte. 
Hors du feu, j’introduis 38 g de pâte à pistache et je mélange le tout, je verse dans un cul de poule. 
Je fouette 15 g d’un blanc d’œuf et 3 jaunes d’œuf que je verse en filet sur ma pâte en mélangeant, je laisse refroidir à température ambiante dans le cul de poule.
Pendant ce temps, je fouette le reste des 3 blancs, en neige dans le robot avec  90 g de sucre
J’ajoute une grosse cuillère de blanc à la pâte que je bats rapidement et j’incorpore le reste délicatement le reste des blancs meringués à la maryse. 
Je récupère une plaque, je pose une feuille de papier siliconée et je donne un coup de sray anti adhésif.  
Je verse la pâte dessus et j’enfourne 12 minutes à 165°C dans leur four, chez moi, j’ai cuit 13 minutes à 170°C, leur four est puissant. Je laisse refroidir.
À l’aide d’un emporte-pièce de 5 centimètres de diamètre, je fais 6 cercles, que je réserve au surgélateur.

 
Je passe à Étape 2: Le nectar de griottes.
 
Je mélange 35 g de sucre avec 5 g de pectine NH.
Dans une casserole, je chauffe 200 g de purée + 50 g de miel de cerisier, quelques minutes. 
Je verse le mélange sucre et pectine NH et cuire à la goutte. 
Je pose le moule tourbillon sur un plateau et je verse de suite le nectar dans les 6 empreintes, que je laisse prendre avant de surgeler.


Je dois faire fondre mon chocolat gianduja, pour mon étape 3 et je demande où est le micro-ondes, Cyril Lignac, me dit, il n’y a pas de micro-ondes chez moi, je lui réponds “ pas grave, je vais virer le mien quand je rentre.”
Il n’y a pas d’eau chaude non plus, vite, je cherche une petite casserole et je chauffe de l’eau, je fais fondre au bain-marie 60 grammes de chocolat gianduja et je mélange à 10 grammes de feuilletine, c’est du biscuit gavotte.
J’enduis les 6 cercles de biscuit de croustillant gianduja et je les réserve au surgélateur.
Je continue rapidement, le temps passe très vite, il me faut des gousses de vanille et ils ont omis de me les mettre, quelqu’un de l’équipe va en chercher, mais le temps passe et toujours rien.
Cyril m’appelle Brigitte Bardot, je lui réponds en continuant de pâtisser : comment sais-tu que j’ai 11 chats, 3 chiens et 3 lapins, il me rétorque : je sais tout, ça me fait rire, je continue à m’activer quand il se plante devant moi et m’oblige à m’arrêter, je lui dis.
- Où sont mes gousses de vanille.
- Elle arrive.
Nous discutons et à ce moment-là, je me dis dans ma tête, Cyril, tu me fais perdre du temps et Monsieur continue à me titiller pour enfin me signifier.
Elles sont derrière toi les gousses de vanille, tu ne les as pas vu.
Je lui réplique.
Oui, c’est ça.
Il finit par me laisser enfin bosser, je continue avec :


Étape 4: La mousse de thé vert aux fleurs de cerisier.

Je verse 5 g de poudre de gélatine 200 bloom dans 45 g d’eau. 
Dans une casserole, je donne une ébullition au 150 g de lait + 2 gousses et les graines de vanille fendues en deux et égrainées.
Je jette les 5 g de thé vert de fleurs de cerisier et je laisse infuser à couvert, c’est trop long, je décide de donner une petite ébullition, je n’ai plus le temps de laisser infuser 15 minutes. 
Vite, je passe à la passoire le thé au lait et je complète le poids pour obtenir de nouveau 150 g de lait. 
Je remets à chauffer avec la gélatine et je réserve au frais pour que ça refroidisse plus vite.  
Je blanchis  75 g de jaunes d’œuf avec 60 g de sucre en poudre, cette fois, je ne me trompe pas.
Je coule le thé au lait vanillé dessus et je fouette vivement, je transvase dans la casserole pour cuire à la nappe.
Je verse ma crème anglaise collée sur une plaque pour la refroidir et je réserve au frais.
Je commence à monter les 150 g de crème fluide entière en chantilly mousseuse. 
Je n’ai plus le temps de mixer ma crème, je donne un bon coup de fouet à main et je mélange la crème de thé et la crème fouettée.
Je la coule dans mon moule que j’avais mis au frais pour activer la prise, je sors mes biscuits et je les pose sur la mousse, à ce moment-là, je me dis, je n’ai pas le temps d’attendre que la mousse durcisse un peu, pour éviter que le biscuit tombe au fond, miracle, ça marche, vite au surgélateur.


Rapidement, j’attaque ma dernière Étape 6: Le glaçage miroir rouge rubis. 

J’hydrate 10 g de gélatine 210 B dans un grand bol d’eau froide.
Dans une casserole, je chauffe 75 g d’eau, 150 g de sucre et 150 g de glucose.
À ébullition, je retire du feu et je verse sur 150 g de chocolat blanc, j’émulsionne.
J’ajoute la gélatine essorée et les colorants, les colorants, c’est un rouge Noël et non mon rouge rubis, je trouve ça affreux, j’ajoute une pointe de noir, mais je n’obtiens pas le résultat escompté. 
J’émulsionne le tout en ajoutant 100 g de lait concentré sucré

Je cherche le mixeur plongeant, il est dans le tiroir derrière moi, vite, vite, je mixe.
Maintenant, je vais voir mes entremets et à mon grand désespoir, le surgélateur n’a pas durci mes entremets, l’équipe technique appelle Benoit Couvrant qui les sort et les mets dans l’autre, j’entends Cyril qui crie, il vous reste 30 minutes, là, je me dis, c’est fini pour moi, Benoit demande à ce qu’on n’ouvre plus le surgélateur, mon glaçage va être trop froid, j’ai une idée, je chauffe de l’eau et je pose mon récipient de glaçage en le fouettant régulièrement pour qu’il ne fige pas au-dessus.
Ahmed se moque de moi, il me dit qu’il a fini, il fait son beau, me dit qu’il va gagner et qu’en un claquement de doigts, il va me faire disparaître.
Je saisie un couteau et je me colle devant lui en lui disant que dans quelques minutes, je vais l’évincer du concours, bien sûr, c’est pour rire, c’est un homme très gentil. 
Je retourne dans mon coin cuisine et j’en profite pour démouler les 6 tourbillons, miracle, mes entremets ont enfin congelé, j’ai 3 minutes pour les démouler, les glacer, les décorer de flocons d’or et les poser sous une cloche à gâteau. 

Ouf, je viens de finir mon épreuve, je suis lessivée, que le meilleur l’emporte. 
En sortant, je vois David et Mounira, le verdict est tombé, c’est David qui a été sélectionné, Mounira a oublié de mettre la gélatine dans sa mousse et elle n’a pas tenue, quel dommage, son travail était une merveille, mais David à fait six beaux entremets au chocolat avec un glaçage sublime.
Nous repartons en interview, on me demande les étapes de mon gâteau, mes impressions et c’est le moment de passer devant Cyril, Ahmed passe, puis ce sera mon tour, il trouve que j’ai bien retravaillé mes 6 entremets, il trouve le croustillant trop épais, en fait, c’est qu’il est encore congelé, il adore, il le scrute dans tous les sens, je lui dis que ce n’est pas la couleur que j’aurais souhaité, il me répond : “ En concours, on fait avec ce qu’on a.” 
Le glaçage a coulé, mais il les trouve beaux. Je sors pour revenir avec Ahmed et nous attendons son verdict.
Il nous complimente, il nous fait attendre, allez, Cyril, bouge toi de me dire qui tu as sélectionné, me dis-je dans ma tête, il nous regarde, à ce moment-là, je me dis qu’il va choisir Hamed, il a sorti 6 beaux entremets, même si son veloutage à fissuré, je les trouve magnifiques, il est vrai que de faire une mousse d’avocat associé à du melon et de la pistache, c’est une prise de risque, mais il a bien bossé et j’adore sa revisite. Nous attendons toujours, lui, moi, moi, lui et là, il choisit mes entremets, je reste abasourdie et sans réaction, un journaliste qui filme me demande de réagir et là, je lève mon bras droit et je crie “ YES.” 
Je saute comme une folle, il dit à Ahmed que ses entremets sont bons, que c’est audacieux et l’embrasse, il me félicite, me dit que c’est digne d’être vendu dans sa pâtisserie, m’embrasse à mon tour et nous sortons pour une dernière interview. Je suis sélectionnée pour le final. 


 

Les journalistes de mon portrait

Les journalistes de mon portrait

L'entremets Mlle Claudia fait pour le portrait

L'entremets Mlle Claudia fait pour le portrait

Présentation de Mlle Claudia

Présentation de Mlle Claudia

On se dispute pour s'amuser la boite de thé vert

On se dispute pour s'amuser la boite de thé vert

Petite pose pour les caméramans

Petite pose pour les caméramans

Petit galiboulé, petit surnom que je donne à Cyril

Petit galiboulé, petit surnom que je donne à Cyril

Presque fini

Presque fini

Mlle Claudia individuel

Mlle Claudia individuel

Coupe de Mlle Claudia

Coupe de Mlle Claudia

Cyril et Benoit

Cyril et Benoit

Le portrait pour Les rois du gâteau pour M6 et Cyril Lignac avec la recette du Mlle Claudia
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

allis 25/10/2017 13:41

Bonjour, pourriez vous me dire le nom du moule pour les 6 entremets svp Merci :)

Ils sont top :)

Muriel Martin 25/10/2017 15:35

Aucune idée, ce sont des moules fournies par Cyril Lignac, je pense que silikomart les fait